De l’importance du poids des nymphes…

Tutoriel pêche à la mouche. Stage de pêche. Apprendre à pêcher. Guide de pêche. Ariège, 09. Aude, 11. Haute-Garonne, 31. Tarn, 81. Pêche en nymphe. Pêche en sèche. Pêche en nymphe au fil. Pêche à l’espagnole. Perdigones. Occitanie. Phaesant Tail. Pyrénées.

De l’importance du poids des nymphes…

29 janvier 2019,

Pêche à la mouche, pêche en nymphe.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

A l’approche de l’ouverture 2019, il me semble intéressant de se pencher sur la question du poids des nymphes!

Lorsqu’on débute en nymphe, il n’est certainement pas nécessaire d’avoir des boîtes remplies de modèles en tous genres. Car l’essentiel n’est clairement pas là! La diversité, elle n’a de sens que pour le pêcheur déjà bien expérimenté, qui trouvera éventuellement dans un modèle particulier la solution du jour à une situation de pêche délicate. Ce sera alors le petit plus qui fera la différence.

On peut tout à fait débuter la pêche en nymphe avec un seul modèle dans sa boîte! Vraiment!

Par contre ce qui sera fondamental, c’est que ce modèle soit décliné en plusieurs poids! L’apparition des billes en tungstène sur le marché a largement facilité ces déclinaisons d’une manière très efficace sans qu’il y ait besoin d’y rajouter d’autres matières, comme du fil de plomb par exemple. Ainsi les nymphes en photos ci-dessous sont déclinées avec des diamètres de billes en 2,4 – 2,8 – 3 – 3,2 – 3,5  et 3,8 millimètres. Les mouches ainsi montées pèsent au final précisément 0,15 – 0,18 – 0,24 – 0,29 – 0,37 et 0,48 gramme.

Si vous débutez dans la technique de la pêche en nymphe, vous trouverez probablement farfelu qu’une bille d’un poids inférieur ou supérieur d’environ 0,05 g seulement puisse modifier en quoi que ce soit quelque chose! Eh bien, détrompez-vous!

Alors, bien-sûr, ce n’est pas le seul élément qui va jouer. Pour être en mesure de voir la différence, il faut d’abord avoir un bas de ligne correct, une longueur de pointe adaptée, un diamètre de fil cohérent compte tenu du poids des nymphes, des conditions précises de pêche (profondeur, force du courant) et de la taille des poissons… puis ensuite il faut maîtriser la gestuelle du lancer de sorte que la dérive efficace soit la plus longue (précision ci-dessous) et la plus précise possible!

NB: « la plus longue » ne veut pas dire qu’elle doit nécessairement être longue!!! Bien des dérives sont nécessairement courtes du fait de la configuration du « poste », mais une bonne gestuelle permettra d’exploiter une dérive courte dans son intégralité.

Et c’est seulement à ce moment-là que les déclinaisons de poids des nymphes prendront tout leur sens! Si on ne maîtrise pas tous les éléments précités, dans la grande majorité des cas, on pêchera soit trop haut dans la couche d’eau, soit trop bas ! L’un des pièges d’une gestuelle approximative c’est qu’on compensera souvent par un poids de nymphe plus lourd, qui n’aura la plupart du temps que pour résultat des accroches à répétition sur le fond!

Si vous souhaitez vous essayer à la pêche en nymphe, lorsque vous en achèterez ou lorsque vous les confectionnerez-vous même, n’oubliez pas cela : vous devez absolument connaître le poids de vos nymphes les unes par rapport aux autres!

La pêche en nymphe permet d’attraper beaucoup plus de poissons dès lors qu’on commence à en comprendre les subtilités!

Vous pouvez participer à cet article si vous le souhaitez en laissant un commentaire en bas de cette page. Si certaines choses vous questionnent, ou qu’au contraire vous voudriez y apporter un complément d’informations, vous pouvez poster un message. Vous pouvez également partager votre expérience sur ce point précis de l’importance du poids des nymphes.

Tous les messages sont nécessairement validés par mes soins avant publication.

Petit Lexique :

Cet article a pour objet d’apporter un éclairage aux personnes qui débutent dans la pêche à la mouche, il me semble donc important d’apporter des précisions sur les termes utilisés :

Bas de ligne et pointe : c’est la partie de fil qui se situe après la soie, il est constitué d’une partie principale réalisée avec des morceaux de nylons de diamètres différents et de longueurs différentes, ces longueurs peuvent être dégressives ou progressives selon la formule de bas de ligne choisie. A la suite de cette partie principale on trouve la partie terminale qu’on appelle « la pointe ». Cette dernière est constituée d’un ou plusieurs morceaux de fil plus fin(s), soit en nylon soit en fluorocarbon, elle accueille les nymphes.

Nymphe : imitation d’insecte à l’état larvaire, il s’agit donc de « mouches » qui coulent pour évoluer à une certaine profondeur selon leur poids et leur densité.

Billes en tungstène : il s’agit de la tête dorée que vous voyez sur les photos ci-dessus. Elle peut être déclinée selon des coloris et des poids différents.

Dérive : trajet qu’effectue votre mouche dans l’eau.

3 commentaires
  1. Bonjour à toutes et à tous,

    Je pêche l’Aude et les rivières alentours en nymphe au fil essentiellement, plus rarement en sèche, avec un montage à deux nymphes.
    Il me parait dans ce cas important de disposer d’un montage équilibré, où l’intervalle de poids entre les nymphes doit être réduit afin de bien prospecter les différentes couches d’eau.
    Mon montage favori se compose d’une « pheasant tail » en pointe, avec une bille de tungstène de 3mm, et d’une « perdigone » en potence avec une bille de 2,5mm, espacées d’environ 50cm.
    Le tout descend correctement et permet de tenter des poissons sur le fond ou entre deux eaux, et aussi bien des truites que des ombres là où ils sont présents.
    Je veille en fait à ne pas dépasser un écart de 0,5mm entre deux nymphes afin de ne pas pêcher trop tendu ( la dérive devient moins naturelle ) tout en laissant une certaine liberté à la nymphe en potence.
    En cas d’eaux fortes, je passe à 3,5mm en pointe et 3mm en potence, et pour des eaux basses je descend à 2,5mm en pointe et 2mm en potence.
    Ne disposant pas de balance, j’ai décidé de me limiter à des billes de 2mm, 2,5mm, 3mm 3,5mm et 4mm afin de pouvoir les distinguer d’un seul coup d’œil dans ma boîte à nymphes.
    Celle-ci se compose en fait des plusieurs séries et taille et coloris ( j’aime beaucoup monter des mouches et essayer diverses silhouettes et couleurs )
    Enfin, pour tenter la nymphe à vue, j’ai deux ou trois modèles lestés avec quelques tours de fil de « lest sans plomb » fin ou de cuivre, non encore utilisés, mais un jour peut être …
    Vivement le 9 mars, sympathies halieutiques,
    Jean-Michel

  2. Peser ses nymphes les unes par rapport aux autres d’une même série est capital même si c’est la même taille de la bille de tungstène au départ; le nombre de tour de fils, la taille de la goutte de cyano ou de la résine UV, la taille de l’hameçon ( fort de fer, fin de fer), les matériaux utilisés tous cela joue très fortement sur le poids de l’ensemble. Si vous avez des doutes pesez les nymphes de votre boîte, il s’opérera ensuite une certaine réorganisation de celles-ci.

    La forme a son importance, une perdigone de 0.15g pechera plus vite plus profond qu’une oreille de lièvre de 0.18g ( question de penetration et d’aérodynamisme).
    Après c’est du feeling avec l’expérience on sent bien quand sa pêche ou pas.

    Autre secret que ne dit pas Stéphane,c’est que si l’on a autant de lestage dans la boîte c’est pas pour faire jolie, il faut les utiliser et donc il ne faut pas hésiter a changer une nymphe pour s’adapter a un poste, parce que les Truites sont des féniasses ( trop haut c trop haut et trop bas c trop bas).
    Comme les poissons sont dans l’eau et pas sur la berge il faut aller vite pour changer les nymphes pour augmenter ses chances de prises:
    -S’entrainer chez soi a faire des nœuds rapides et solides( le noeud de cuillère est simple et solide, certains le font d’une seule main)
    -Surtout à la maison bien déboucher les oeillets des hameçons.
    – Ne pas hésiter en action de pêche de refaire sa pointe (si trop courte, abimer, vriller).
    C’est 3 petits trucs améliorent considérablement le plaisir de pêcher.

    Ha oui le plus important: penser à relâcher vos rêves pour le prochain 😉

    Fabien.

  3. Bonjour à tous,

    Je me suis initié à la pêche en nymphe depuis maintenant 2 saisons. Pratiquant la sèche depuis de nombreuses années je souhaitais decouvrir une autre manière de pêcher car les journées avec beaucoup de gobages se faisant rare je commençais à me lasser de pêcher l’eau :). J’ai donc réalisé une initiation avec Stéphane. Dès les premiers coup de ligne j’ai adoré les sensations. Les premiers poissons ne se sont pas trop fait attendre. J’ai ensuite au fil de mes sorties pu me rendre compte de l’importance d’une « belle dérive »!!! Et comme il est dit dans l’article cela fait toute la différence. J’ai donc à l’aide d’une balance classée mes nymphes et cela c’est révélé beaucoup plus facile à gérer. La deuxième saison je n’ai utilisé que 4 types de nypmhes différentes dont beaucoup en perdigones: ma plus belle saison avec mon nouveau record à 55 cm (merci Stéphane !!!).
    Jérémy

Laisser un commentaire