Deux jours avec Patrick…

Guide de pêche. Ariège. Pêche à la mouche. Initiation. Stage de pêche. Nymphe au fil. Pêche en sèche. Cadeau. Chèque cadeau. Coffret cadeau. Carte cadeau.

Pêche à la mouche, nymphe au fil et sèche…


Département de l’Ariège, mercredi 25 et jeudi 26 mai 2016.

Sur une rivière de 1ère catégorie piscicole.


Avec Patrick.

Petit retour en mots et en images sur deux belles journées de pêche à la mouche avec Patrick.

Si Patrick est un pêcheur de longue date, il n’avait jamais pêché à la mouche.

 

Nous étions donc là dans un cadre d’initiation de A à Z.

Nous avons commencé par un apprentissage du lancer sur l’herbe durant une bonne heure et nous avions alors 2 jours devant nous pour mettre les choses en pratique sur la rivière.

Nous avons abordé aussi bien la pêche en nymphe que la pêche en sèche.

C’est en sèche que Patrick aura attrapé la plupart des poissons, de jolies farios sauvages.

En initiation la taille importe peu, prendre ses toutes premières truites à la mouche c’est déjà quelque chose de formidable.

A la fin de la deuxième journée Patrick commençait à faire de très belles dérives.

Il pouvait lancer aussi bien en coup droit qu’en revers.

A un moment donné, en fin de seconde journée, il a touché un poisson en nymphe dans une situation très compliquée: des branches un peu partout autour de lui, une large veine de courant bien forte en plein milieu, un courant régulier en rive opposée où il fallait poser la nymphe au millimètre, et il l’a fait! Il a réalisé une paire de passages parfaits, et il l’a touché ce poisson! Il l’a tenu quelques secondes avant qu’il ne se décroche, peut-être à cause d’un ferrage pas assez appuyé, et dévaler la rivière pour se mettre en aval du poisson dans cette situation c’était juste impossible. Même s’il est cascadeur dans l’âme, il faut avoir un peu l’habitude dans ce cas de figure. Mais peu importe, c’était un coup de maître!

Au final, deux belles journées d’initiation comme je les aime, où on peut prendre le temps d’affiner au mieux les étapes de l’apprentissage sans aller trop vite.

Une journée, c’est bien, mais deux journées c’est mieux pour apprendre les fondamentaux de la pêche à la mouche avant de se lancer seul dans l’aventure.

Merci à Patrick, et merci aussi à Jean (photos ci-dessous) qui était là le jour d’avant pour une journée spéciale nymphe, et qui me fait part de ses avancées depuis par mail. Ses 2 potes (Camille et Jérémy) vont pouvoir lui faire lâcher plus souvent son club de golf au profit de sa toute nouvelle canne à mouche… 🙂

Sur ce, à bientôt pour des nouvelles d’ici ou d’ailleurs!

Leave a Reply