Lunax et ses sandres…

Lunax et ses sandres…

Guide de pêche. Carnassiers. Lac de Lunax. Lac de la Gimone. Julien Daguillanes. Nicolas Caraty. Haute-Garonne. Gers. 31. 32. Occitanie. Pêche aux leurres. Sandre. Perche. Brochet.

Lac de Lunax (de la Gimone), Haute-Garonne et Gers.

Novembre 2017,

Carnassiers aux leurres

Avec Julien Daguillanes et Nicolas Caraty

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

En novembre dernier, j’avais le grand plaisir d’accueillir Julien et Nicolas. Nous avions choisi ensemble le lac de Lunax pour cette journée de guidage quelque peu atypique.

De bon matin, nous embarquions pour une bonne journée sur l’eau! Lunax offre un cadre agréable pour pêcher les carnassiers.

Les Pyrénées enneigées lui apportent un cachet supplémentaire à cette époque de l’année.

Entre ce que j’avais prévu et ce que Julien et Nicolas ont ramené, on peut dire qu’on n’était pas à cours de cannes sur le bateau!

L’un des objectifs de la journée était de voir comment je prospecte sur des pêches de sandres ou de brochets en linéaire.

Les gars auront l’amabilité de bien vouloir me laisser prendre le premier poisson de la journée (au shad en linéaire).

Nous n’avons pas trouvé d’emblée une zone prometteuse, il aura fallu batailler… Mais Nicolas, également en linéaire, passera à la taille au-dessus avec un poisson sympa.

Et Julien prendra également le sien, au plomb-palette me semble-t-il…

On n’était pas sur une pêche facile où ça croque dans tous les sens. Il nous aura fallu beaucoup naviguer pour essayer de comprendre où se situaient les poissons. Ainsi, au fur et à mesure de nos mouvements et de nos essais, nous avons pu, à tout le moins, éliminer une large partie du lac.

Les heures défilaient, les batteries arrivaient à bout de souffle tellement nous avions navigué. A la fois par déduction logique à la fois par pressentiment, nous savions qu’il nous fallait traverser le lac pour tenter notre ultime chance sur le coup du soir. Après avoir bien hésité – là on est vraiment dans la limite de la propulsion à l’électrique, je savais qu’on avait de quoi traverser mais par contre je n’étais pas du tout certain d’avoir assez d’énergie pour le retour – on a finalement décidé de traverser, mais très lentement, à petite vitesse. Le compromis c’était de perdre du temps de pêche, en espérant tout de même pouvoir faire la dernière demi-heure avant le coucher du soleil.

Nous avons bien fait 🙂

Julien et Nicolas avaient eu une info plomb-palette via l’un de leurs potes qui avait pris quelques poissons de la sorte dans la semaine. Et là c’est le pragmatisme de Julien qui a payé pour la fin de journée.

Dans le court laps de temps qui nous restait on ne pouvait pas essayer de multiples techniques. Et le plomb à réellement été une solution d’efficacité.

Nicolas prendra le dernier poisson avant la nuit, le plus joli. Au plomb également.

Il existe bien des manières de pêcher au plomb-palette. Et ce jour-là on était dans une approche assez fine, en 10 g et en lancer-ramener. Julien a trouvé la solution. Maître Daguillanes n’est pas champion du monde pour rien 🙂 En compétition, l’une des qualités premières, c’est d’être réactif, de s’adapter rapidement à une situation. Et c’est exactement ce qu’il a fait, du pragmatisme à l’état pur. Droit au but 🙂

On a traversé à nouveau, dans la pénombre, lentement mais sûrement 🙂

Petit portrait des deux compères:

Nicolas et Julien pêchent tous les deux en première division nationale de pêche à la mouche. Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas sur son blog: http://nicolas65.over-blog.com/. Il a par ailleurs d’autres talents si j’en juge à la jolie basse sur sa page Facebook 🙂

Pour ceux qui ne connaissent pas Julien, car la pêche c’est ni le football ni le rugby en terme de popularité :-), l’animal fait partie des meilleurs compétiteurs au monde, il a obtenu une palanquée de titres au niveau national et à l’international, dont celui suprême de champion du monde individuel en 2016 aux Etats-Unis (Colorado). Je ne baigne pas dans le monde de la compétition mouche, mais deux compétiteurs en particulier m’ont permis de progresser dans cette discipline, pour partie en ayant simplement eu la chance, le plaisir, le privilège de les regarder pêcher: Yannick Rivière d’abord à partir de 2007, et Julien Daguillanes ensuite que j’ai pu observer plusieurs heures durant au championnat de France 2014 sur l’Aude, un régal!

Si vous voulez en savoir plus sur Julien, je vous invite à lire les articles suivants :

1- L’article de Simon Scodavolpe de Truites & Cie (un excellent webzine qui vient d’émerger sur la toile):

http://www.truites-et-cie.fr/article/rencontre/mouche/entretien-avec-julien-daguillanes-prodige-de-la-mouche

2- Deux articles sur le blog de Nicolas Germain :

http://www.nicolas39-peche-mouche.com/index.php?post/Julien-Daguillanes-champion-du-monde

http://www.nicolas39-peche-mouche.com/index.php?post/Julien-c-est-ton-cadeau-de-depart

Laisser un commentaire